28 Novembre : Jour historique aux congolais vivant au Burundi

Des milliers de congolais vivant au Burundi se pressent pour aller voter à Uvira. Uvira est la ville la plus proche de la RDC, située à 15 Km de Bujumbura. Depuis ce dimanche 27 Novembre, des bus se rangent par dizaines à l’ambassade de la RDC à Bujumbura pour conduire des milliers de congolais, gratuitement, à Uvira. Ce moment historique permet à plusieurs congolais, vivant au Burundi, de voter mais aussi de rencontrer des amis et parents vivants dans le pays.

Le climat est apaisé et chaque citoyen sait au-moins le numéro du candidat pour qui voter. Depuis tôt le matin, une cinquantaine des bureaux de votes accueillent des milliers de citoyens qui se hâtent de remplir leur devoir civique. Les élections se déroulent sans incidents majeurs, à part le fait que les gens qui ont fait l’enrôlement en dehors d’Uvira se retrouvent dans l’impossibilité de voter, du fait que leurs noms ne sont pas sur des listes.

Bien que tout se passe sans trouble, il apparait aussi qu’un climat de suspicion anime la grande partie des citoyens vis-à-vis de la C.E.N.I (Commission Electoral Nationale Indépendante). Les messages se passent de bouche à oreille qu’il ne faut pas utiliser les stylos de la C.E.N.I, disposés dans chaque bureaux, comme quoi après 30 minutes la marquent s’effacent à la main. Chacun dans le but de préserver son choix, fait de son mieux pour utiliser un autre stylo ou l’encre prévu dans chaque isoloir.

Enfin, c’est le moment de rentrer au Burundi. Ces mêmes bus sont là pour amener les congolais hors de leur pays. Si nous vivons loin de notre pays c’est justement parce que notre pays va mal. Peut-être que notre choix fera changer positivement la situation. « Certains de ceux qui sont dans ces bus ne rêveront la RDC que cinq ans encore plus tard, pour voter ou se refaire enrôler, » lâche un homme. Notre mal-vivre actuel n’est-il pas le résultat des nos mauvais choix et ceux de nos dirigeants ? L’avenir de notre pays est maintenant aux mains de ceux pour qui nous avons voté, me dis-je en pensant à toute notre misère actuelle.

The following two tabs change content below.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *