AU SOMMET DU SAVOIR : CONTE AFRICAIN

Étiquettes
2 novembre 2010

AU SOMMET DU SAVOIR : CONTE AFRICAIN

Du père au fils, se transmettait la sagesse africaine. Pour en être sûr que l’enfant à appris l’essentiel de ses leçons, les pères parfois tester la connaissance de leurs propres fils. En voici une histoire racontée par les anciens.
Un père invita son fils à l’accompagner en voyage. Ils firent des provisions : du pain de manioc et du poulet bien préparé. Ils se mirent en route ; l’enfant portait le paquet de nourriture. Après une longue marche, ils eurent faim tous les deux ; ils se reposèrent au pied d’un arbre géant, appelé mtoka. Le père dit à son fils :
« Mon enfant, monte au sommet de cet arbre pour voir ce qui se passe dans l’univers ; tu y découvriras des choses étranges. »
Malgré la fatigue et la faim, l’enfant grimpa jusqu’au sommet de l’arbre mtoka. Il observa les alentours et ne vit rien de spécial. « Père, je ne vois rien d’intéressant. » celui-ci avait déjà ouvert le paquet des provisions et mangeait tranquillement. Il dit à son fils : «regarde attentivement, tu apercevras un beau spectacle. »
L’enfant se mit de nouveau à observer les alentours sans rien découvrir d’anormal. Il se dit alors que son père voulait le maintenir au sommet de cet arbre pour pouvoir manger seul les provisions. Le jeune homme interpella son père en lui disant :
« Père, père ! Je vois des choses étranges !
– Que vois-tu donc ? » lui demanda le père.
J’assiste à un spectacle d’une foule d’enfants qui dansent en chantant qu’ils sont contents de la naissance de leur père. »

Le père s’étonna en ces termes :
« Ah ! As-tu déjà vu des enfants qui naissent avant leur père ?
– Et pourtant, c’est vraiment ce que je vois, père », répondit l’enfant.
Intrigué, le père voulut en avoir le cœur net. Il dit à son fils :
« Descends et laisse-moi la place pour que je voie moi-même ce spectacle. »

L’enfant descendit de l’arbre et le père commençant l’ascension. Pendant ce temps, l’enfant se mit à manger la nourriture entamée par son père. Celui-ci arriva au sommet de l’arbre, examina les alentours proches et lointains ; mais ne vit rien d’étrange. Il se dit alors que son fils voulait se montrer plus malin que lui. Il dit à l’adresse de son fils :
« Mon fils, tes yeux ne voient pas encore clairement, tes oreilles n’entendent pas encore distinctement. Ce ne sont des enfants qui fêtent la naissance de leur père, mais des vieilles personnes qui jubilent et applaudissent pour la naissance de leur grand-père. Je savais que tu n’étais pas encore mûr, maintenant tu viens de m’en donner la preuve. »
Alors il descendit de l’arbre. De la provision il ne restait plus qu’une petite quantité. Le fils fut de nouveau intrigué en se demandant si son père lui mentait ou lui disait la vérité. Il lui dit qu’il voulait remonter au sommet de l’arbre pour observer de nouveau le spectacle. Mais le père lui dit que, sur le sommet du savoir, on n’y revient pas deux fois. Ils continuèrent leur voyage.

Ce conte est tiré du livre: « Contes Luba et Kongo du Zaïre. » Textes recueillis et traduits par Kazadi Ntole et Ifwanga Wa Pindi, du Centre de Linguistique Théorique et Appliquée(CELTA)

Partagez

Commentaires