La fécondité et son coût en Afrique noire

Les enfants constituent une richesse ou encore une mine d’or dans certaines sociétés Africaines. Il faut donc en avoir beaucoup pour maximiser le profit. Cependant ce qui gène dans cette situation c’est de constater que souvent c’est la mère qui doit porter seule ses enfants, se charge de tous les soins de ses petits,  jusqu’à un âge où le père jugera convenable de les porter aussi pour sa fierté. Issu moi-même d’une famille de huit enfants, j’ai vécu personnellement les conséquences liées a cette non maitrise de la fécondité. Le manque de suivis dans l’éducation et peu d’encadrement familial sont souvent inévitables ; et  surtout le manque de besoins nécessaires de la vie. Bien que ce dernier  élément  dépend de la famille où l’on se trouve, mais en général : plus la famille est grande, moins la vie est bonne.

Ce matin de Samedi, je me promène dans mon quartier pour une simple balade. Soudain c’est une femme qui se présente devant moi. Deux enfants sur elle,  presque tous de même âge. L’un sur le dos, l’autre sur les épaules. En plus de cela  un bidon de 5l dans sa main. C’est la vie. Peut-être qu’elle ne s’est  jamais posé la question de savoir si c’est à elle seule qu’appartienne ces gausses…c’est ça l’Afrique ! Mon oncle me disait : « Jamais une vache ne se fatigue de ses cornes .c’est la même chose ajoutait-il pour une femme et ses  petits enfants »! Voyez-vous comment ça marche chez nous ? Et mon professeur se faisait moquer  par les passants parce qu’il aidait sa femme à porter son bébé, à l’aide d’un porte-bébé,  dans les rues de Bujumbura.

Je dois avouer que dans notre société l’homme a fait passer  tous les droits vers lui et tous les devoirs vers la femme. Et cela constituent  une vraie barrière au développement de toute la société. Certains proverbes  Africains peuvent bien justifier cette hypothèse. « Le vieil homme est une aiguille qui coud le gens ;la vielle femme est un canif qui les divise » (Bambara), « Si on aide une femme à cultiver son champ elle saura dire le moment venu que le grenier est à elle » (mossi), «  Celui qui a suivi le plan d’une femme se noiera »,(peul). Oui,  chez nous c’est la femme qui porte le fardeau de son fils ; elle vit sous le poids de la tradition. Si l’enfant commet une bêtise c’est sa mère qui sera injuriée et si l’enfant  fait un exploit : Rendez gloire à son père !

The following two tabs change content below.

11 Commentaires

  1. Merci pour cet article. j’ai vraiment aimé les proverbes qui s’y trouvent. Nos mères ont souffert, souffert pour toutes les caprices des enfants dont elles ne sont plus propriétaires quand ces derniers grandissent ou font un exploit.

    Je suis tout à fait d’accord que c’est un frein au développement, le sujet que tu développement, mais je saisis cette occasion pour dire à nos sœurs que l’émancipation ne peut pas aller avec « aller s’assoir » dans les bureaux et discuter des évènements de la nuit, des concerts, des baptêmes, des mariages, des uniformes. Il s’agit d’aller travailler et accorder un peu d’importance à ceux qui viennent dans les bureaux pour leurs besoins.

  2. Merci pour ce complément à cet article, cher ami!!!
    Parfois, nous les hommes, cherchons toujours à éviter tout ce qui amoindrit notre fierté. Si une femme n’enfante que des filles, dans certaines sociétés Africaine, elle risque même de perdre son mariage…

    Du côté de nos sœurs aussi, l’émancipation ne signifie pas l’abandon de sa responsabilité et ses devoirs en tant que femme dans un foyer!

    Amitié!!!

    1. C’est vraiment triste, comme tu le dis! Cependant, nous sommes la génération qui doit changer cette conception. La femme et l’homme sont fait pour vivre en harmonie dans la société, et non l’un sous la domination et l’oppression de l’autre!!

  3. oui c’est ça l’Afrique,surtout dans les campagnes les femmes sont vraiment malheureuses quand on se met à leur place on s’imagine comment elles parviennent à tout faire .mais comme c’est la coutume,elles s’habituent au fur du temps évidemment elles ne vivent pas longtemps

  4. Ça fait partie de la culture mais on voit beaucoup de changeme ts ce derniers temps!
    C’est encore infime par rapport à ce qu’il y a à faire mais c’est déjà ça!
    Beau papier et beaux proverbes 😉

  5. Merci de faire de la tentative sincère d’ en parler. Je me sens très forte à ce sujet et aimerait en lire plus . Si c’est OK, comme vous atteindre la sagesse supplémentaires approfondies, peut vous l’esprit , y compris des articles supplémentaires semblable à celui-ci avec plus d’infos ? Il sera extraordinairement utile et utile pour moi et mes amis.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *